Raconter l'histoire collective

Dans le monde professionnel, on a principalement deux sortes d'histoires. Les individus racontent leur histoire personnelle à travers leur CV et parfois sur les réseaux sociaux. Les entreprises, elles aussi, racontent leur histoire, souvent à travers une communication très contrôlée et réservée aux personnes "autorisées".
Ce qui se passe entre les deux, les groupes, les équipes, est plus rarement raconté.

Si l'équipe a la chance de réaliser un travail bien identifié, celui-ci peut se retrouver mis en lumière. Mais on reste souvent dans la communication de l'entreprise.
Et il est normal, et sain, que les personnes qui sont derrière les réalisations veuillent en raconter un peu plus.

J'aurais pu écrire à peu près la même chose que Guillaume sur ce produit ARIA eDoc. J'ai travaillé pendant plus de 10 ans dans l'équipe qui l'a créé. J'aurais juste rajouté que l'idée du produit a germé en janvier 2015. Les choses prennent souvent plus de temps qu'on ne l'imagine au départ et il est difficile de raconter quoi que ce soit sur un produit avant d'arriver à un impact tangible.


Cela ne veut pas dire qu'on ne peut rien raconter dans l'intervalle. Il y a 11 ans, je faisais ma première communication publique sur le travail de cette équipe à la communauté agile toulousaine naissante. Nous avions deux ans de Scrum derrière nous et un bilan sous la forme d'un retour d'expérience me semblait utile.
J'ai recommencé quatre ans plus tard pour raconter la transition de Scrum vers un fonctionnement en flux et tout ce que cela avait changé au sein de l'équipe.

Le recrutement peut aussi fournir un cadre pour parler d'une équipe. Nous avions saisi cette occasion il y a deux ans sous le forme d'une annonce rédigée collectivement.

Je me réjouis de la reprise du flambeau par mes anciens collègues. La semaine dernière, à l'Agile Tour toulouse, Montaine a présenté l'évolution vers "le forum ouvert permanent" que nous avions initiée il y a un peu plus d'un an et, la semaine prochaine, lors de l'Agile Tour Bordeaux, Guillaume parlera de ses 10 ans avec le même code.


Je laisserai le mot de la fin à un tweet que j'ai vu ce week-end et qui tombe à pic.

On veut rester là où nous sommes reconnus, et non pas seulement tolérés.

Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ce billet n'a pas de rétroliens

URL de rétrolien : https://agilitateur.azeau.com/trackback/524